La musique originale de Marc Vella, pianiste nomade

Je voudrais vous parler de la musique originale de Marc Vella. Son nom vous est peut-être inconnu.

Pourtant, il fait partie des hommes qui changent le monde.

La musique originale de Marc Vella dans la Vallée De l'Omo

Marc Vella dans la vallée de L’Omo – Ethiopie.

Marc Vella, une musique originale, une pensée nourrissante.

J’apprécie beaucoup la musique originale de Marc Vella. Sa pensée, sa philosophie, sa façon de voir la musique me transporte.

La musique au piano, la musique originale, la musique en général, est un trait d’union entre les hommes. C’est une idée que Marc Vella et moi partageons.

Je voudrais partager avec vous un entretien téléphonique que j’ai eu avec Marc. Nous avons parlé de musique originale, un peu.

Nous avons parlé d’émotion. Beaucoup.

Interview de Marc vella, pianiste nomade.

Je vais commencer par une question assez banale, que beaucoup de musiciens se posent : comment as-tu réussi à faire de la musique ton métier ? Comment réussis-tu à vivre de ton art ?

Marc Vella : Je n’en sais rien ! J’ai suivi mon coeur. Je ne fais pas du piano pour montrer que je suis pianiste. Je me suis mis à jouer du piano pour rencontrer les autres. Je ne me pose pas la question de ma carrière. Ca ne compte pas pour moi.

Jouer du piano est quand même ton métier.

Oui. Je vis grâce à lui. Je voyage grâce à lui. Mais ma démarche est plutôt humaniste.

J’utilise le piano comme un trait d’union entre les hommes.

Mon envie est de réveiller l’autre. De le révéler aussi. Je travaille dans le sens de l’émergence des personnes que je rencontre. Elles sont pleines de « possibles » ! Je m’emploie à le leur faire découvrir.

Marc Vella, découverte du piano et de la musique originale

A la découverte du piano !

Ces personnes m’expriment de la gratitude. Le fait de me payer pour ce travail est un moyen pour elles de me remercier.

Tu prônes une musique originale accessible à tous. Pourtant, tu t’es distingué plusieurs fois par des grands prix de compositions, alors que tu étais très jeune. Ne faut-il pas un certain don pour faire de la musique ?

J’étais sûr que ces prix me desserviraient un jour ! Nous vivons dans une société de performances, où l’on a besoin de prouver qui l’on est. A l’époque, je croyais avoir besoin de ces prix. Cela me donnait une certaine légitimité. Cela m’a aussi aidé à dépasser mes doutes. Ce n’est pas facile, quand on entre dans la vie professionnelle, de savoir qui on est vraiment. Alors je suis entré dans ce jeu.

J’y suis aussi allé pour écouter les autres. Cela m’a nourri.

Aujourd’hui, j’ai la conviction que la musique existe pour tout le monde. Sans exception.

Cela fait douze ans que j’anime des stages. Les participants sont tous différents. Il y a des concertistes, des professeurs de musique. Mais aussi des fonctionnaires, des maçons … et beaucoup de personnes qui ne sont pas dans un environnement musical quotidien.

L’idée que la grâce est réservée à certains est fausse.

Mon travail est d’amener à ce que les gens perçoivent la manifestation du mystère qui les caractérise. C’est possible, y compris sans jamais avoir « appris » la musique.

L’écoute et la réceptivité à l’autre conduit à des choses magnifiques. L’innocence également. La grâce se manifeste naturellement, si on lui laisse la place de le faire.

Inversement, le savoir peut fermer à la grâce.

Pour moi, il est important que l’émotion l’emporte sur la virtuosité.

Marc Vella fait émerger notre propre musique originale.

Faire émerger la musique originale que chacun a en soi.

Les enfants qui apprennent le piano s’entendent souvent dire « tu n’as pas assez travaillé ». Ce n’est ni agréable à dire pour le professeur, ni agréable à entendre pour l’élève. Comment sortir de ce système d’apprentissage, souvent perçu comme rébarbatif ?

Nous apprenons la musique en partant du postulat que la musique est extérieure à la personne qui l’apprend.

Ce postulat est faux.

Nous sommes la musique. Chaque personne possède intrinsèquement sa propre musique originale.

Il est absurde de considérer la musique uniquement de façon intellectuelle.

Aborder la musique par les lois et les règles est très réducteur. Cela rend la musique lointaine, difficile, voire inaccessible. Comment trouver sa propre musique originale si l’on se cantonne à des règles quasi mathématiques ?

Nous sommes de la musique originale à l’état pur. Pour le professeur, le principal enjeu devrait être d’amener chaque élève à aller à la rencontre de la musique originale qu’il a en lui.

Tu pratiques beaucoup la musicothérapie. Personnellement je n’aime pas beaucoup ce mot car il sous-entend que l’on est malade ! Comment faire pour que la détente par la musique devienne naturelle ? Pour qu’elle soit en adéquation avec la vie de tous les jours, toujours plus trépidante et rapide ?

Je pense qu’il est nécessaire d’arrêter de séparer les choses.

Il n’y a pas d’un côté les ateliers de détente auxquels on s’inscrit le soir, et de l’autre côté la vie quotidienne pénible où l’on doit « faire à manger » et « coucher les petits » !

Nous sommes des êtres vivants. Des êtres vibrants.

Nous passons notre temps à occulter ce qui est vibratoire en nous. Or la vibration génère une quantité incroyable d’émotions. Ces émotions sont là, au quotidien. Pourquoi les laisser de côté ?

Il est nécessaire de se connecter à la réalité en adoptant une attitude de gratitude et d’accueil.

Notre société condamne les fausses notes, alors qu’elles sont la promesse d’une grande aventure.

Je peux aller faire les courses en râlant, en me disant qu’il fait beau et que pour une fois j’aurais pu faire telle ou telle chose. Je peux également aller faire mes courses en laissant venir l’improbable. En regardant les hommes et les femmes que je croise, en les accueillant, avec un sourire par exemple.

Il est possible d’agrémenter le quotidien de nouvelles saveurs. Simplement en changeant le regard que l’on a sur les choses.

En ne cherchant pas sa propre musique originale intérieure dans la vie quotidienne, on enlève le sens même de cette vie.

En accueillant les fausses notes de la vie et en les rendant belles, nous devenons responsables. Nous cessons d’être des victimes.

biographie de Marc Vella